Plus de 40 % des informations que nous recevons et traitons en permanence sont de source sonore. Notre système auditif repose sur un mécanisme neurosensoriel extrêmement complexe qui nous permet de collecter, fltrer, interpréter et mémoriser en temps réel les sons de notre environnement.

  1. Les vibrations sonores captées par le pavillon de l’oreille sont dirigées jusqu’au tympan par le conduit auditif externe
  2. Les ondes sonores provoquent la vibration de la membrane tympanique
  3. La chaîne des osselets (marteau, enclume et étrier) amplifie les vibrations et les transmet jusqu’à la cochlée (oreille interne). Un dysfonctionnement jusqu’au niveau de l’oreille moyenne engendre une perte auditive dite “de transmission”
  4. Le mouvement du liquide présent dans l’oreille interne mobilise les cellules ciliées, terminaisons nerveuses que l’on peut comparer aux touches d’un piano.
    Naturellement, leur nombre diminue avec l’âge: c’est le vieillissement de l’oreille. Un dysfonctionnement à ce niveau de l’oreille interne engendre une perte auditive dite “de perception”.
  5. Les cellules ciliées transforment les ondes sonores en impulsions électriques. Celles-ci sont transmises via le nerf auditif jusqu’au cerveau, qui pourra les traiter et les transformer en information.

L’oreille externe

Elle est constituée du pavillon et se prolonge dans le  conduit auditif.
Le pavillon a pour rôle de collecter et d’amplifier les ondes sonores, et d’aider à en distinguer la localisation. Le conduit auditif guide l’onde sonore en l’amplifiant vers le tympan.

L’oreille moyenne

C’est une cavité remplie d’air, fermée par une membrane, le tympan.
Les ondes sonores à basse pression y sont converties en ondes sonores à haute pression par le jeu de levier d’une chaîne de petits os : le marteau, l’enclume et l’étrier. Ces derniers sont articulés à une autre membrane, la fenêtre ovale, qui marque la fin de l’oreille moyenne.

L’oreille interne

C’est dans ces cavités remplies de liquide que les ondes sonores sont traduites en influx nerveux, selon un processus complexe d’échanges ioniques qui sont perçus et amplifiés par les cellules ciliées. Celles-ci les transforment en impulsions électriques qui transmettent l’information sonore aux neurones et synapses du système auditif, puis au cerveau.